Petit manuel pour écrire des haïku : hyperbate

1 Ici, de nouveau une hyperbate, mais selon une autre définition que précédemment (voir p. 87-88). " La plupart des théoriciens [...] se sont contentés de revenir comme Lamy, Le Clerc et Littré, à la définition de l'hyperbate comme inversion " pour exprimer une violente affection de l'âme " (Littré) " (Gradus, p. 237). Dans cet exemple, le tiret (mot-césure ya en japonais) exprime la même chose (voir aposiopèse, note p. 50).

Pour continuer votre lecture
vous devez

fermer cette fenêtre

WebAnalytics