HaikuNet - Petit manuel pour écrire des haïku (chapitre 19)

HaikuNet - Petit manuel pour écrire des haïku (chapitre 19)

Petit manuel pour écrire des haïku
(Ed. Ph. Picquier)

Présentation

| accueil |
Section 1 | haïku et senryû | quelques haïku japonais | un peu d'histoire |
| bases d'écriture | Petit manuel pour écrire des haïku | liens | partenaires |
Section 2 | atelier d'écriture | concert-lecture | cérémonie du thé | contact |

Extraits du livre

6. images visuelles

7. langage simple

12. rôle adverbe

13. ce qui n'existe pas

19. répétez, répétez !

35. anacoluthe

37. mots nouveaux

38. jeux de mots

41. comique situation

44. relations... mots

55. fueki et ryûkô

56. shiori

 

Répétez répétez !

Souvenez-vous de ceci, c’est capital : au Japon comme en Occident et partout ailleurs, l'un des arcanes de la poésie est la répétition. Et sa fille naturelle est la variation – la variation dans la répétition, s'entend.

La répétition permet le plus souvent d'amplifier. Mais il y a bien sûr manière et manière de répéter, comme en témoignent déjà ces deux haïku, le premier de Shiki (M. Coyaud), le second d'Issa (R. Munier) :

Sot le 31 décembre
Tout aussi sot
le Jour de l'An

Nu
sur un cheval nu
sous la pluie tombant à verse

La répétition de l'adjectif nu amplifie l'impression de chaleur, préparant ainsi la séquence sous la pluie tombant à verse. Il est clair que nous sommes en été.

Dans ce haïku de Bashô (R. Sieffert), la répétition permet de mieux contraster les couleurs de sa " photo " :

Au point du jour
des poissons blancs l'éclat blanc
d'un pouce de long

Au point du jour il fait encore sombre, les éclats blancs sont donc d'autant plus éclatants.

Voici un haïku de Naojo traduit par Roger Munier qui utilise la répétition on ne peut plus habilement 1 :

La cueillir quel dommage !
la laisser quel dommage !
Ah cette violette
!

Le parallélisme et l'opposition dans la répétition de quel dommage ! montrent la valeur strictement égale des deux possibles solutions dans l'esprit du promeneur, rendant le dilemme d'autant plus cornélien. Là, la répétition amplifie considérablement ce qui n'est qu'un tout petit problème.

Dans le haïku suivant signé Issa (R. Munier), la répétition rend bien compte de la déformation professionnelle de son héros :

L'arracheur de navets
montre le chemin
avec un navet

Répétitions amplificatrices encore dans ces trois haïku :

Nue à perdre l'âme
dans l'éclat nu de la lune
couvrant ses seins nus

Là dans ma musette
un coulant du pain du vin
et du temps du temps !...

Petit si petit
soufflant dans son gros tuba
en bas du Boul'Mich

Dans ce dernier haïku, j'amplifie... la minimisation ! La répétition peut être aussi utilisée pour créer un effet comique, comme dans ce senryû d'un anonyme japonais du XVIII-ième siècle (J. Cholley) qui utilise le procédé dit du miroir inverse 2 :

Si elle lui plaît, il ne lui plaît pas qu'elle lui plaise

Ici, il est question de la belle-fille, du gendre et de la belle-mère. Et si vous ne comprenez toujours pas, écrivez-moi !

A mon sens, l'une des figures de répétition les plus efficaces pour amplifier et en même temps des plus poétiques est la répétition en chiasme, c'est-à-dire en plaçant " en ordre inverse les segments de deux groupes de mots syntaxiquement identiques " (Gradus, p. 111), comme l'a déjà fait, je le rappelle, Issa :

Encore aujourd'hui
Comme une larve je vis
Et demain encore

Le prochain haïku utilise l'antimétabole 3, cette figure très proche du chiasme et par laquelle " on répète une paire de mots en sens inverse " (Gradus) :

L'eau toute ridée
Tu voudrais les effacer
les rides de l'eau ?

Vous pouvez également avoir recours à la réduplication 4, comme dans le haïku suivant :

De l'eau des fourmis
une branche comme un pont
comme un pont sur l'eau

Réduplication encore chez Issa (J. Cholley) :

Ma mère en allée
chaque fois que je vois la mer
chaque fois que la vois
...

Une autre figure de la répétition est l'inclusion 5. Chacun des deux haïku suivants est respectivement destiné à commencer et à terminer un recueil qui pourrait s'appeler Soir de tempête en Bretagne. J'y ai utilisé une variante de l'inclusion :

Onze heures du matin
petit café de Penmarc'h
Histoires de marins

Tous autour du feu
ballet d'ombres sur les murs
Histoires de naufrages

Une autre forme de répétition amplificatrice est la dislocation (Gradus, p. 162), comme dans ce poème de Takuboku (cité par A. Duchesne et T. Leguay, op. cit) :

La balle
que j'avais lancée sur le toit de l'école
qu'est-elle devenue

Là, c'est le pronom personnel elle qui répète balle. Autre mode d'amplification par la répétition, la synonymie 6, comme dans ce haïku dans lequel tors et vrillé peuvent être considérés comme synonymes :

Face aux vents des brumes
nu, tors, vrillé, convulsé
7
un pin parasol

Enfin, dans le senryû suivant, la faiblesse du héros est mise en relief par l’emploi de trois procédés répétitifs imbriqués les uns dans les autres, la reprise, l'anaphore et la symploque 8 :

Sa femme ou sa chienne
Son Play Boy ou son Viagra
Sa trique est en toc

Dans son Gradus, Bernard Dupriez estime que " le lecteur a droit à plusieurs états successifs du même texte [...], chaque variante constitue ce que la philologie appelle une leçon." (p. 389). Je n'ai pas pu résister à l'idée de devenir philologue. Je ne vous priverai donc pas de cette seconde leçon :

Sa femme et sa chienne
Son Play Boy et son Viagra
Sa trique est au top !

 

   
 

 

| accueil |
Section 1 | haïku et senryû | quelques haïku japonais | un peu d'histoire |
| bases d'écriture | Petit manuel pour écrire des haïku | liens | partenaires |
Section 2 | atelier d'écriture | concert-lecture | cérémonie du thé | contact |

 

Mise en ligne : 1er décembre 2006
Dernière révision : mardi 1er janvier 2013
Copyright © 2006-2013 Artistes Associés - Japon. Tous droits réservés. 

 

WebAnalytics