HaikuNet - Petit manuel pour écrire des haïku (chapitre 13)

HaikuNet - Petit manuel pour écrire des haïku (chapitre 13)

Petit manuel pour écrire des haïku
(Ed. Ph. Picquier)

Présentation

| accueil |
Section 1 | haïku et senryû | quelques haïku japonais | un peu d'histoire |
| bases d'écriture | Petit manuel pour écrire des haïku | liens | partenaires |
Section 2 | atelier d'écriture | concert-lecture | cérémonie du thé | contact |

Extraits du livre

6. images visuelles

7. langage simple

12. rôle adverbe

13. ce qui n'existe pas

19. répétez, répétez !

35. anacoluthe

37. mots nouveaux

38. jeux de mots

41. comique situation

44. relations... mots

55. fueki et ryûkô

56. shiori

 

Évoquez ce qui n'existe pas

En peignant la nature, le haïku s’attache à ce qu’il voit. Mais si vous voulez toucher votre lecteur, vous pouvez aussi le faire indirectement en évoquant ce qui n’existe pas.

Là encore, tout dépend de petits mots a priori anodins tels que l’adverbe comme mais surtout des pronoms indéfinis rien, pas un et personne ou bien encore de l’adjectif indéfini nul (nulle, nuls, nulles).

Si l’adverbe tout est chargé de puissance poétique, rien et nul le sont plus encore !...

Rien, pas un, nul (nuls, nulle et nulles) et personne sont des mots clés surtout pour composer des haïku de saison. Ils permettent de rendre compte au mieux de la chaleur de l’été, de la tristesse de l’hiver, de toutes les qualités propres à ces saisons extrêmes.

Les mots les plus importants du prochain haïku signé d’Issa (R. Munier) sont assurément comme et rien :

Comme si rien n’avait eu lieu
la corneille
et le saule

Le haïku suivant, traduit par Maurice Coyaud, est d’un auteur inconnu de moi :

On laboure le champ
A l’ombre d’une colline
Pas un oiseau ne chante

Souvenez-vous : Dans Venise la rouge / pas un bateau ne bouge...

Celui-ci est de Shiki (R. Munier) :

Une houe laissé là
personne en vue –
la chaleur !

Dans ce haïku de Hashin (R. Munier), l’adverbe plus et le pronom indéfini rien sont encore renforcés par les conjonctions ni... ni et par la préposition sans qui marque la privation :

Il n’y a plus ni ciel ni terre
rien que la neige
qui tombe sans fin

Dans le haïku suivant, Buson (R. Munier) utilise à la fois le pronom indéfini pas un et le comme exclamatif :

Pas une feuille ne bouge
comme il est effrayant
le bois l’été !

Enfin, un peu comme chez Hashin, ce haïku cumule lui aussi les négatifs et utilise comme pour renvoyer, comme l’a fait Issa un peu plus haut, aux temps des origines, quand il n’y avait... rien :

Nulle âme silence...
Pas un souffle de vent, rien !
Comme au premier jour

 

   
 

 

| accueil |
Section 1 | haïku et senryû | quelques haïku japonais | un peu d'histoire |
| bases d'écriture | Petit manuel pour écrire des haïku | liens | partenaires |
Section 2 | atelier d'écriture | concert-lecture | cérémonie du thé | contact |

 

Mise en ligne : 1er décembre 2006
Dernière révision : mardi 1er janvier 2013
Copyright © 2006-2013 Artistes Associés - Japon. Tous droits réservés. 

 

WebAnalytics